Pièce de 20$ en argent fin 2022 – Commémoration de l’histoire des Noirs: Le chemin de fer clandestin

99.95 $

En stock

Description&nbsp

Ils ont tout risqué pour la promesse de liberté qui les attendait à la fin du long périple, et cette liberté avait un nom : « la terre promise » qu’on nomme aujourd’hui le Canada. La pièce Commémoration de l’histoire des Noirs 2022 rend hommage à la quête de liberté des « passagers » qui ont emprunté le chemin de fer clandestin à destination du Canada, lieu sûr où l’esclavage avait été aboli le 1er août 1834. Du début des années 1800 jusqu’en 1865, au moins 30 000 esclaves d’origine africaine ont fui vers l’Amérique du Nord britannique en utilisant ce réseau secret de routes et de refuges. À la recherche de la liberté, bon nombre de ces hommes, femmes et enfants voyageaient à pied, et souvent de nuit, pour éviter d’être capturés de nouveau. Une fois arrivés au Canada, ils trouvaient refuge dans les communautés noires de l’Ontario, du Québec, du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse, où ils pouvaient enfin vivre librement, mais pas sans discrimination.

Caractéristiques particulières
  • UNE NOUVEAUTÉ POUR LE MOIS DE L’HISTOIRE DES NOIRS! Voici la quatrième pièce de notre série Commémoration de l’histoire des Noirs, qui chaque année rend hommage aux personnes noires du Canada, dont les réalisations et les combats ont marqué l’histoire du pays.
  • EN SOUVENIR DU CHEMIN DE FER CLANDESTIN! Faite de 1 oz d’argent pur à 99,99 %, cette pièce commémore le chemin de fer clandestin : la route de la liberté pour les esclaves d’origine africaine qui ont fui au 19e siècle vers ce qui est aujourd’hui le Canada.
  • UN THÈME LOURD DE SENS! Puissant ajout à toute collection, cette pièce est la toute première que la Monnaie consacre au chemin de fer clandestin. Le Canada était considéré comme un lieu sûr après que l’esclavage eut été aboli dans l’Empire britannique le 1er août 1834 (le 1er août est d’ailleurs le Jour de l’émancipation au Canada). Ce fut le terminus d’au moins 30 000 esclaves, voire jusqu’à 100 000, ayant emprunté le chemin de fer clandestin.
  • PLACE À L’HISTOIRE! Pour porter l’attention sur les personnes qui ont tout risqué pour leur liberté, le seul mot gravé au revers est « CANADA », et il est intégré au motif. Les étoiles qui brillent dans le ciel, dont celles de la Grande Casserole, représentée au revers de la pièce, ont aidé les chercheurs de liberté à trouver leur chemin vers le nord jusqu’au « CANADA ».
  • UN MOTIF RÉCURRENT DE FEUILLES D’ÉRABLE! Comme la pièce Les loyalistes noirs de 2021, la pièce 2022 porte un symbole du Canada à l’avers : des feuilles d’érable formant un motif récurrent qui remplit le champ.
  • UN CERTIFICAT NUMÉROTÉ! La Monnaie royale canadienne certifie l’authenticité de toutes ses pièces de collection, y compris celle-ci, dont le tirage mondial est limité à 5 500 exemplaires.
  • AUCUNE TPS NI TVH!

Spécifications

  • No 203392
  • Tirage  5 500
  • Composition  argent pur à 99,99 %
  • Fini  épreuve numismatique
  • Poids (g)  31,39
  • Diamètre (mm)  38
  • Tranche  dentelée
  • Certificat  numéroté
  • Valeur nominale  20 dollars
  • Artiste  Kwame Delfish (revers), Susanna Blunt (avers)

Motif
Œuvre de l’artiste canadien Kwame Delfish, le motif au revers est une ode au « train du gospel », ou « chemin de fer clandestin », la route de la liberté pour les esclaves d’origine africaine au 19e siècle. Le positionnement des hommes, des femmes et des enfants le long de la tranche crée une impression de mouvement circulaire qui évoque un long et incessant périple. Les grands arbres et le sol rocailleux rappellent certaines des difficultés rencontrées dans la nature sauvage, où ces chercheurs de liberté doivent souvent lutter contre les éléments tout en fuyant leurs ravisseurs. Voyageant de nuit, ils sont guidés par la Grande Casserole qui brille dans le ciel nocturne, ses étoiles pointant le nord, où une nouvelle vie libre les attend au « CANADA ». L’avers, orné d’un motif récurrent de feuilles d’érable et présentant le millésime « 2022 » et la valeur nominale « 20 DOLLARS », est à l’effigie de Sa Majesté la reine Elizabeth II, selon Susanna Blunt.

« Cette pièce rend hommage aux esclaves d’autrefois qui se sont échappés vers le nord en quête de liberté. Bon nombre n’ont pas pu atteindre leur destination, condamnés à revivre les épreuves qu’ils tentaient de fuir (ou même pire). Ceux qui y sont arrivés ont bâti leur héritage et donné forme à la mosaïque qu’est aujourd’hui le Canada. J’espère avoir su illustrer leur force et leur courage sur cette pièce et chanté leur gospel. » – Kwame Delfish, artiste

« En tant que Canadienne d’origine africaine, j’ai l’immense honneur de faire connaître les histoires des Noirs au Canada. Notre passé est riche et important. En diffusant ces histoires, j’espère sensibiliser les autres et les inciter à prendre le temps de découvrir non seulement les épreuves subies par les Noirs d’ici, mais aussi leurs contributions et leurs réalisations. » – Christa Bruce, chef de produits, Monnaie royale canadienne

« Au moment de graver cette pièce, j’ai concentré mon attention sur les personnes, parce que c’est leur histoire qu’elle raconte. J’ai opté pour une approche par couches, en formant d’abord les silhouettes qui représentent les dizaines de milliers de personnes ayant risqué leur vie pour obtenir la liberté. D’autres détails viennent enrichir le récit, par exemple le mélange de givrages dans le ciel, qui crée un effet de scintillement imitant la lumière des étoiles lorsqu’on observe la pièce sous différents angles. » – Matthew Porter, sculpteur, graveur et artiste 3D

Le 1er août, Jour de l’émancipation au Canada
Le chemin de fer clandestin a aidé bien des personnes d’origine africaine à sortir de l’esclavage dans le Sud des États-Unis, mais jusqu’au 19e siècle, l’esclavage existait aussi en Amérique du Nord britannique (au Canada). Si des mesures antiesclavagistes avaient été adoptées dans certains territoires canadiens, c’est la Loi de l’abolition de l’esclavage de 1833,entrée en vigueur le 1er août 1834, qui a aboli cette pratique dans la majeure partie de l’Empire britannique, notamment dans le Canada d’aujourd’hui. En réalité, la liberté est venue petit à petit pour plusieurs, et l’égalité était loin d’être acquise. Cette loi impériale demeure néanmoins un jalon monumental dans l’histoire des Canadiens noirs, ayant forgé la perception du Canada comme lieu sûr et terminus populaire pour les passagers du « train de la liberté ».

Emballage
La pièce est encapsulée et présentée dans un boîtier à double coque noir orné du logo de la Monnaie royale canadienne. Le boîtier est assorti d’une boîte protectrice noire.